3

Self-control



Vendredi a eu lieu au travail une réunion qui devait préalablement durer 1h30 et qui a duré... 3 heures. Je m'étais préparée psychologiquement à 1h30...

Alors au bout de deux heures, mon attention est partie par la fenêtre, avec mon regard. J'ai eu de plus en plus de mal à rester en place sur ma chaise, à ne pas gigoter, à écouter ce qu'il se disait et donc à intervenir.

A 2h30 de réunion, alors que les discussions tournaient en rond, que le ton s'élevait, que des petits pics fusaient, qu'il faisait bien 30 degrés dans cette pièce et qu'il était midi passé, je n'ai plus tenu, je me suis levée et j'ai quitté la pièce, un sourire d'excuse à l'adresse de mon chef.

Juste pour prendre l'air deux minutes, pour décompresser, me sentant "prise en otage" d'une discussion qui tournait en rond, de questions déjà posées une heure plus tôt et auxquelles des réponses avaient déjà été apportées.

Puis j'y suis retournée, espérant que la fin approchait. Mais non. Nous en étions toujours au même point. Tu le connais ce collègue qui, alors que tout le monde a rassemblé ses affaires et s'apprête à partir, a toujours une dernière question à poser ?

Il était là, autour de la table. Je ne saurais comment expliquer mais être assise dans cette pièce, contrainte, depuis trois heures entières m'a agacé au plus haut point.

Je n'ai pas su cacher cet énervement, je n'arrivais plus à me contenir, et pile au moment où nous avons quitté la pièce, je m'en suis voulue...

Ce n'était pas très professionnel, et moi qui brigue la fonction au-dessus et qui me donne du mal pour y parvenir, je me suis dit que je n'avais pas le profil, qu'un chef n'aurait sûrement pas réagis comme je l'ai fait...

Je me suis excusée à mon supérieur directe, de ma concentration qui avait fini par filer de manière visible.

"Il n'y a pas de quoi, c'était effectivement très long" m'a-t-il gentiment répondu.

Mais cette réunion a été pour moi un signal d'alarme de mon comportement au travail. Je suis quelqu'un de timide, discret. Mais lorsque l'énervement prend le dessus, impossible de me contenir et de ne pas montrer ce que je ressens, ce que je pense... et je regrette amèrement après coup.

Comment faire pour se calmer lorsque l'on voit rouge ? Comment faire redescendre la pression ?


3 commentaires:

bulle a dit…

Je comprends parfaitement. En ce moment, je ne vis que de réunion. Et moi qui suis d'habitude "docile", commence à montrer des signes d'essoufflement. Maintenant, avant d'accepter une réunion, je pose toujours la question directement: "Est-ce que ma présence est vraiment pertinence pour cette réunion?" , si la réponse est oui, je m'impose pendant la réunion. Si, la réponse est hésitante, je dis que rajouter des personnes en plus qui ne sont pas nécessaires ne fera pas vraiment avancer la discussion...bref, tout ça pour dire...je comprends tellement

ifeelblue a dit…

je pense que l'essentiel est de tirer une leçon de cette expérience et si l'occasion se représente, te rappeler de ce qui s'était passé cette fois-ci pour ne pas refaire la même "erreur" (même si bon, je pense que ta réaction était juste humaine!) ;)

Loraline a dit…

Merci pour vos retours ! Bon, je suis contente de savoir que ce n'est pas juste dû à mon mauvais caractère ;)

Enregistrer un commentaire

Vous piapiatez :